Kinderzimmer

20:08 LesTribulationsDeCass 0 Comments






Kinderzimmer 

Valentine Goby 

Editions ACTES SUD

224 p.

20 Euros 

8/10








Un mots de l'éditeur : En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille femmes. Sur ce lieu de destruction se trouve comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres. Dans cet effroyable présent une jeune femme survit, elle donne la vie, la perpétue malgré tout.



SECONDE GUERRE MONDIALE - RAVENSBRUCK - 
CONDITION DE LA FEMME - NOURRISSONS - SOLIDARITÉ

      
    Ce livre a beaucoup fait parler de lui lors de la rentrée littéraire 2013 et comme je n'avais jamais lu de livre de Valentine Goby, je les donc acheté. C'est celui qui me plaisait le plus et que j'avais hâte de lire, ( pour sa couverture en particulier. Eh oui ! Moi et mes critères de sélection ). Il est dans ma PAL depuis au moins 15 mille ans alors il fallait bien que je m'y mette.  et je ne regrette pas du tout cet achat. En plus ma prochaine lecture sera MAX, de Sarah Cohen Scali, donc je reste dans ce thème de 2 nd Guerre Mondiale que j'affectionne, même si les textes sont durs et les faits choquant c'est une part de l'histoire qui intéresse et que l'on cherche à comprendre. 

    C'est une lecture que j'ai beaucoup appréciée. Comme d'habitude à chaque lecture sur la Seconde Guerre mondiale on se sent vite captivé ( enfin pour ma part) par le récit. 
    Au premier abord il est vrai que les propos, le vocabulaire et le langage peuvent nous déranger. En tout cas personnellement j'ai trouvé l'écriture un peu perturbante tout de même. D'un point de vue historique on sent que c'est très bien documenté et c'est vraiment appréciable . Tout le long on aimerait aider les protagonistes à échapper à l'histoire, à fuir cette situation. 
     Ce qui est tout aussi perturbant c'est le parallèle entre cette Kinderzimmer, une pièce dédiée aux nourrissons, dans ce camp où la plupart des personnes vont mourir. Il plane quand même un certain mystère sur la raison de l’existence de cette pièce qui intrigue tout au long de la lecture. 

     D'un autre côté nous avons une image d'espoir représenté par cette pièce mais aussi par la solidarité, l’amitié et le courage des femmes de ce camp qui parfois risque leur vie pour en sauver d'autre. Ravensbruck amène vraiment à se poser des questions qui font réfléchir, il ne laisse pas indifférent.  

     Le seul point négatif que je pourrais trouver c'est que je trouve la fin un peu sec, j'aurais aimé en savoir un peu plus sur ce que deviennent les personnages auxquels on s'attache au fil du roman. Je n'en dit pas trop, je vous laisse de quoi découvrir lors de votre lecture. 

     En tout cas il m'a tenu éveillé une bonne partie de ma nuit ce qui est plutôt positif, sauf pour le lendemain de cours !